Nous nous demandons et à juste titre, à quoi sert l'art ? Ne devrions-nous pas nous poser une question préalable : qu'est-ce que l'art ?

Pour l'appréhender, cela nous renvoie à un concept d'énergie.

Tout est vibration et énergie, l'art y compris. Et cette énergie véhicule de l'information que nous recevons et que nous exprimons au travers de nos ressentis. 

Nous comprenons donc bien dès lors que si une oeuvre vibre dans de basses fréquences, nous serons tirés vers le bas et, consciemment ou non, nous mettre mal à l'aise.

Dans le cas inverse, si elle possède un haut niveau vibratoire, nous suivrons sa fréquence et éprouverons, pour le moins, du plaisir et plus le niveau sera élevé, plus l'oeuvre, ou tout objet avec lequel nous sommes en présence participera à notre élévation.

En fait, selon notre propre fréquence vibratoire, nous entrons ou non en résonnance avec ce qui nous environne. D'où l'importance vitale de créer le beau, le bien, le vrai.

Alors, pour en revenir à la question de l'art, son rôle, voire son but, n'est-il pas d'exalter la beauté, l'harmonie afin de non mener vers des plans supérieurs ?

L'art ne peut être une production du mental et quand  l'intellect entre en jeu, ce n'est plus alors qu'une simple technique où fleurissent les marchands d'art, un commerce apparenté à la production industirelle et régi par les lois du marché, en rupture avec le but originel.

La beauté et l'harmonie résident au plus profond de chacun et c'est naturellement que nous l'exprimons. Mais, avec le temps, cette disposition s'est pervertie.

Il fut un temps où cette expression se traduisait principalement par des oeuvres inspirées des religions. Comment considérer ces oeuvres alors que les religions sont toutes des créations de l'homme, mensongères et instrumentalisées, pour maintenir l'humanité sous son jong, pour entretenir la peur, pour manipuler. 

 

Et d'où nous vient cette beauté, cette harmonie, source de la création, de notre origine ?

A suivre... (texte à venir en cours d'élaboration)